La taxe rose

Produit féminin plus chère que masculin

Le collectif Georgette Sand a relevé en magasin et sur Internet des écarts de prix quasi systématiques sur un même produit en version féminine et masculine. Une pétition contre ce phénomène de «taxe rose» a été lancée et Bercy veut saisir la direction de la concurrence, de la consommation et des fraudes.

DÉCRYPTAGE

Faire intervenir Macron, ministre de l’économie, était une évidence. On ne voit pas de grandes mesures venir (car l’ouverture les dimanches est assurément anecdotique) et donc le mettre dans cette situation illustre bien ces interventions du moment.

Comments are closed.